Philippe Sollers o del buen uso del “etc.”

 

carnet-de-nuit-philippe-sollers-

«Des soldats en permission disparaissent régulièrement. On finit par arrêter l’adjudant-chef qui les violait et les tuait de temps en temps. Réaction des familles des victimes: “Et dire qu’on nous faisait passer pour des parents de déserteurs!” Douze femmes violées et coupées en morceaux, ce serait quand même un événement. Douze soldats du contingent, léger malaise.

>Le supérieur (général?) interviewé à la radio: “C’était un excellent militaire, très droit, peut-être un peu sévère avec ses hommes, mais très exigeant pour lui-même. Jamais nous n’aurions pu nous douter, etc.»

Carnet de nuit, Folio, París, 2006, pág. 27

Anuncios

Responder

Por favor, inicia sesión con uno de estos métodos para publicar tu comentario:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s